Pour comprendre comment fonctionne un casque, il est utile de faire appel à un petit peu de physique. Pour les essais de laboratoire, une vitesse d’essai de seulement 28 km/h est utilisée. Ceci correspond environ à la vitesse d’un cycliste rapide. Ce n’est pas vraiment une vitesse réaliste pour la pratique de la moto. Dans des circonstances réelles, il n’y a pas la moindre limite quant à la gravité d’un impact unique, voire d’impacts multiples. Les circonstances réelles sont tout simplement plus contraignantes que toute norme de laboratoire d’essai peut simuler.

Un petit peu de physique

Bon, qu’arriverait-il si nous augmentons la vitesse, disons de 100 km/h? Les résultats sont spectaculaires : lorsque la vitesse est augmentée d’un facteur 42 = 16, l’énergie d’impact augmente avec un facteur 12 ! Aucun casque n’est en mesure de supporter un tel impact direct ou de garantir une protection absolue. Pas même un casque Arai.

 

Le porteur du casque peut se déplacer beaucoup plus rapidement que la vitesse de chute des essais d’impact. Pourtant dans la réalité, les pilotes se sortent indemnes d’accidents à des vitesses encore plus élevées. Comment est-ce possible ? En minimisant l’énergie d’impact qui est dirigé dans le casque. Ceci est réalisé en laissant le casque glisser et ricocher sur les objets.

 

Il est important de savoir que les énergies d’impact que le casque doit absorber peuvent être fortement réduites si le casque ricoche sur les obstacles et glisse sur les surfaces inégales, déviant ainsi les énergies d’impact.

© 2017 Arai Helmet (Europe) B.V. - Arai Helmet France official website. All rights reserved • Legal & PrivacyContactPressDealers

 

The Arai limited Warranty and after-sales services are offered exclusively to customers in possession of Arai helmets sold through an authorized Arai retailer. Any Arai helmet offered for sale by a non-authorized dealer (particularly over the Internet) may be counterfeit or may be stolen or defective. Therefore Arai declines all responsibility.